En ces temps d’inflation, l’envie de préparer l’avenir et notamment sa retraite se fait logiquement sentir. Pour se faire, beaucoup de personnes décident de se tourner vers l’investissement immobilier, qui a le double avantage de se créer du patrimoine et d’assurer des revenus complémentaires. Sur le papier, c’est donc une solution idéale… A condition de réaliser le bon investissement. 

Qui dit retraite dit temps pour soi, grasses matinée et dimanche tous les jours… Mais aussi baisse significative des revenus. Selon les profils, cette baisse peut être plus ou moins lourde. Dans tous les cas, elle a un impact sur le niveau de vie des ménages, surtout en ces périodes d’inflation généralisée. Pour faire face à cette baisse de revenus, de nombreux ménages choisissent de réaliser un investissement immobilier locatif. Une solution avec de multiples avantages. D’abord, elle permet d’ajouter un bien qui se valorise à son patrimoine. Ensuite, elle assure un complément de revenus grâce aux loyers touchés chaque mois. A condition de réaliser une bonne opération et d’anticiper ! Alors, quel investissement immobilier pour sa retraite ?

Investissement immobilier : préparer le terrain 

Pour que votre investissement immobilier joue son rôle, il faut que certains prérequis soient mis en place. Par exemple, il faut être déjà propriétaire de sa résidence principale. Ainsi, vous êtes fixés sur le coût de votre logement, qui coûte moins cher une fois le crédit remboursé. Ce qui permet de consacrer un budget mensuel à votre futur investissement immobilier. Une fois la retraite venue, votre logement ne vous coûte plus rien, en dehors évidemment des taxes et impôts obligatoires. C’est notamment le cas de la taxe foncière ou la taxe d’habitation.  

Dans la même veine, il faudra avoir soldé vos crédits en cours, qu’ils concernent des travaux, un crédit à la consommation ou même un crédit auto. Vos revenus allant chuter à la retraite, le but est de maximiser le budget disponible à allouer à votre investissement. Ceci afin de permettre notamment de rassembler un apport intéressant. Car c’est lui qui servira à négocier au mieux votre futur crédit, et donc à alléger les remboursements mensuels. Tout cela afin de générer des revenus de votre futur bien. Vous suivez ? 

Quel investissement immobilier pour sa retraite ?

Une fois que tous les prérequis sont réunis, il est temps d’investir ! Mais comment réaliser le bon investissement ? Celui qui ne pèse pas trop dans le budget et qui présente des loyers assez élevés pour rembourser le crédit et générer un revenu mensuel ? Pour ne pas se tromper, tout commence par une simulation. Calculez l’apport que vous pouvez proposer et la somme que vous souhaitez emprunter, ainsi que la durée de l’emprunt.

Ces éléments vous seront nécessaires afin de définir le budget mensuel qui sera alloué au remboursement du crédit. De quoi définir le montant des loyers nécessaires à réaliser a minima une opération blanche. Car c’est là-dessus que tout repose : les loyers du bien doivent impérativement rembourser les mensualités du crédit. C’est la condition pour que l’investissement ne pèse pas dans le budget mensuel du ménage. 

Lorsque vous réalisez vos calculs, n’oubliez pas d’inclure les frais annexes. Il y a ceux à payer lors de l’achat, comme les frais de notaire et les frais d’agence. Et il y a ceux à prévoir lorsque l’on est propriétaire, comme les taxes foncières, les charges de copropriété et les frais d’entretien.

Certains de ces frais peuvent être ajustés à votre budget. Ainsi, les charges de copropriétés peuvent être réduites en optant par exemple pour une petite copropriété. Les frais d’entretien également en décidant d’acheter dans une résidence neuve. Elle propose en effet du matériel de qualité et dont les performances sont meilleures. 

Dans plusieurs villes, certains types de biens permettent même d’ajouter du beurre dans les épinards en générant des revenus une fois tout remboursé. D’une manière générale, c’est le studio permet de réaliser la meilleure opération, comme le rapporte la dernière étude de Meilleurs Agents, qui dévoilent également les cinq villes où investir pour que son studio d’autofinance.  

Investissement à la retraite : où investir ? 

C’est toujours la grande question : où réaliser son investissement immobilier ? Car pour générer des revenus complémentaires, le bien doit être rentable et donc situé dans une ville où la rentabilité est bonne. Le site d’estimation Meilleurs Agents dévoile ainsi le top 5 des villes où investir dans un studio qui s’autofinance et génère des revenus complémentaires avec un apport inférieur à 10.000 euros. 

Situées un peu partout en France, ces villes sont l’idéal pour préparer sa retraite. Saint-Etienne tire ainsi son épingle du jeu, grâce à des prix bas, une demande locative en hausse et une belle rentabilité. Un investissement à Saint-Etienne permet ainsi d’autofinancer un studio sans le moindre apport et de générer 151 euros de revenu net mensuel.

Pour ceux qui ont un peu d’épargne à mettre dans un apport, direction Limoges et Le Mans, qui génèreront également 151 euros de revenu mensuel contre un apport de moins de 4.000 euros. Pour générer un peu plus de revenus complémentaires, direction Metz, où vous pourrez espérer toucher 182 euros par mois, en échange d’un apport de 6.527 euros.

Enfin, pour ceux qui préfèrent investir sous le soleil du Gard, c’est à Nîmes qu’il faut prospecter. Là-bas, pour un apport de 9.726 euros, vous pourrez acquérir un studio qui génèrera 168 euros par mois.  

Si vous souhaitez trouver un bien particulièrement adapté à votre situation, vous pouvez également vous rendre sur le simulateur en ligne, qui trouvera le bien optimisé à votre épargne et votre capacité d’emprunt dans toute la France et l’investissement immobilier pour sa retraite.