Lorsqu’il s’agit de réaliser un investissement locatif, pas toujours facile de décider sur quel bien porter son choix. Entre les studios, moins chers à l’achat et plus facile à louer, et les appartements de deux ou trois pièces qui intéressent les ménages à meilleurs revenus, comment faire son choix ? Imogy vous aide à y voir plus clair.

À l’heure de choisir un bien pour réaliser un investissement locatif, la tentation d’opter pour un studio est grande. Moins cher à l’achat, accessible dans les grandes villes où les prix décollent et plus facile à louer puisqu’il s’adresse à toutes les bourses, il a tout pour plaire. Et si les appartements de deux et trois pièces avaient eux aussi leurs avantages ?

Le studio pour louer rapidement

Si sa petite surface fait du studio un bien moins cher à l’achat, il se loue en plus proportionnellement plus cher. Il permet ainsi d’acheter avec une certaine rentabilité dans les grandes villes où les prix au mètre carré ont flambé ces derniers mois.
Très recherché par les locataires, notamment ceux avec des petits budgets comme les étudiants ou les jeunes actifs, le studio permet de louer rapidement et de bénéficier d’une vacance très faible. Bref, c’est le bien parfait pour l’investisseur qui cherche une rentabilité annuelle brute importante à court terme.

Les deux et trois pièces pour la sécurité

En revanche, si le turnover n’est pas votre truc, optez plutôt pour un appartement de deux ou trois pièces. Les locataires de ces biens, souvent des couples ou des familles, restent plus longtemps dans le même logement. Les revenus sont ainsi plus réguliers et les risques moins grands. Sans compter les travaux de remise en état entre deux locataires qui sont moins fréquents. En clair, c’est l’idéal pour ceux qui cherchent un bon rendement locatif global.

Et si vous optiez pour deux studios ?

Pour le même budget, vous pouvez donc acquérir un appartement de deux ou trois pièces, ou bien décider de miser sur deux studios. Une option intéressante sur plusieurs points. D’abord, elle permet de diversifier ses placements en achetant par exemple dans une grande métropole, aux loyers plus élevés, et dans une ville moyenne, où la vacance est plus faible. Ensuite, elle permet également de répartir les risques puisque la probabilité de se trouver avec les deux studios vides en même temps est plutôt faible. Ainsi, en cas d’impayé de loyer, de travaux de remise en état ou de départ d’un locataire, l’autre studio continue de vous rapporter.
Enfin, cela permet de disposer d’une trésorerie sans renoncer à son statut de bailleur. Ainsi, en cas d’imprévu de la vie, vous aurez toujours la possibilité de vendre l’un des deux biens tout en continuant à louer le second.